La zone démilitarisée, une visite incontournable

À la frontière entre les deux Corée, celle du Sud et celle du Nord, une zone démilitarisée large de 4 kilomètres sépare les deux pays. Cette zone, parfois abrégée DMZ (pour demilitarized zone) est accessible aux touristes sous certaines conditions. Dans la région, c’est une attraction incontournable, non seulement pour découvrir l’histoire de la Corée, mais également pour le lieu extraordinaire que l’absence d’habitants et d’installations militaires a créé.

Comment accéder à la zone démilitarisée depuis la Corée du Sud

L’immense majorité des touristes qui visitent la zone démilitarisée le font depuis la Corée du Sud, puisque le tourisme n’est pas très développé en Corée du Nord. Il est donc essentiel que vous ayez tous les documents nécessaires pour vous rendre en Corée du Sud sur vous en permanence. Pour un citoyen français, cela n’implique qu’un passeport valable six mois après la date de retour.

Ensuite, l’idéal pour accéder à la zone démilitarisée, c’est de se tourner vers les services d’un professionnel du tourisme qui vous embarquera pendant toute une journée à travers la région et vous fera visiter la zone démilitarisée. En général, ces excursions partent directement de Séoul, qui ne se trouve qu’à une heure en train de la frontière nord-coréenne.

Évidemment, la visite de la zone démilitarisée se fait sous haute surveillance et vous ne serez jamais seul. Vous n’accéderez à la DMZ qu’à travers un point de contrôle où vous serez fouillé, tout comme vos affaires. Il est absolument interdit de s’éloigner de l’itinéraire prévu et vous devrez suivre en permanence votre guide.

Comment s’inscrire à une excursion dans la DMZ ?

Pour accéder à la DMZ, vous devez donc vous adresser à une agence touristique spécialisée. Elles ne sont pas nombreuses et vous trouverez l’une des plus renommées au Lotte Hotel à Séoul. D’ailleurs, le circuit organisé, et qui passe notamment par la zone démilitarisée, démarre toujours à cet hôtel que vous devrez rejoindre par vos propres moyens.

Le circuit est accessible à toutes les personnes âgées de 12 et plus, muni d’un passeport et de leur visa (si besoin est) en règle. Il faut impérativement réserver la visite de la DMZ et le circuit au moins 5 jours à l’avance pour être sûr d’avoir une place. Enfin, sachez que le circuit est fermé le lundi et le samedi, mais il est ouvert tous les autres jours de la semaine.

Qu’est-ce qu’il y a visité dans la zone démilitarisée coréenne ?

Cette zone démilitarisée est fascinante en elle-même. Ces quatre kilomètres de largeur qui séparent deux pays ennemis ont été mis en place pour empêcher toutes formes d’agression et pour empêcher les citoyens des deux pays de traverser la frontière. Il y règne une ambiance très particulière qui vaut le détour à elle seule. Cependant, il y a plein d’autres choses à voir.

Après le poste de contrôle, un officier militaire vous emmènera visiter la salle de Conférence dans laquelle l’armistice entre les deux Corée a été signé en 1953 et qui a instauré l’installation de cette zone démilitarisée. Ensuite, vous pourrez également visiter le musée de la DMZ qui vous permettra de comprendre tous les enjeux de la guerre de Corée et son dénouement.

En général, les circuits touristiques comprennent des visites autour de la zone démilitarisée afin de la contextualiser et de faire apercevoir aux touristes la Corée du Nord et les quelques hôtels stratégiquement construits à la vue de tous. Ce circuit passe généralement par le parc Imjingak, le pont de la Liberté, le village de l’unification, etc. Enfin, n’oubliez pas d’aller voir un des tunnels découverts entre 1974 et 1990 qui auraient été construits par la Corée du Nord elle-même.

La DMZ est un sanctuaire naturel

Aussi tristes que soient l’histoire et la situation actuelle de séparation des deux Corée, la visite de la zone démilitarisée est également fascinante pour l’impact qu’elle a eu sur la nature. Effectivement, cette zone longue de 248 kilomètres et large de 4 kilomètres est totalement démilitarisée et presque aucune activité humaine n’est venue la déranger depuis 65 ans.

Résultat, la zone est localement considérée comme un véritable sanctuaire naturel. Bien qu’il y ait encore de très nombreuses mines enfouies dans le sol pour empêcher de traverser la frontière, de nombreuses espèces animales se sont réapproprié la zone. C’est le cas de nombreux oiseaux migrateurs avec l’arrivée de milliers de hérons et de grues blanches en hiver. Des projets d’implantation d’espèces menacées comme les tigres sont actuellement à l’étude.

Effectivement, l’absence d’activité humaine fait de la zone démilitarisée une zone absolument idéale pour y laisser vivre en paix des animaux dont l’espèce est en voie d’extinction. La Corée du Nord est favorable à l’implantation de prédateurs qui renforcerait en plus la protection de la frontière. Des militants se battent pour que la zone soit inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *